AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit renne
avatar

messages : 100
pseudo : banshees.
célébrité, © : lively; Hepburns.
âge : thirty-two yo.
occupation : is in charge of the bestest parties in town, yeah you heard me right.
côté coeur : still mouning her husband's death and tries to move on for her daughter even if men are trying to mess up with her head.


POST-IT
List on the fridge :
RPs : silas - foster - vince - zach (CLOSED)
MessageSujet: #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)   Lun 28 Nov - 22:16

Plus nerveuse que d'habitude, Avery n'arrêtait pas de crier sur sa fille pour tout et n'importe quoi. Elle ne supportait pas de la voir courir partout autour d'elle et de jeter ses jouets sans y faire plus attention. D'ordinaire, elle n'y prête pas grande attention et préfère même la voir se dépenser de la sorte, signe que tout allait bien, mais aujourd'hui la donne était différente. Les deux jeunes femmes allaient recevoir la visite de Silas et si la plus jeune des deux étaient excitée comme une petite puce, la plus âgée triturait le tissu de sa jupe entre ses mains alors qu'elle faisait les cent pas devant la grande baie vitrée de son salon qui donnait sur sa cour d'une taille aussi grande. C'était la première fois depuis longtemps que Avery appréhendait autant de revoir une personne. Pourtant le winter festival s'était très bien passé, ils avaient passé un bon moment tous les trois ensemble, mais cette fois-ci, le contexte était différent. Cette fois, elle ne pourrait pas se cacher derrière un jeu de tir ou une boisson chaude à partager à deux. Cette fois, elle devrait l'affronter de plein fouet bien que Margot serait toujours là pour faire tampon entre les deux anciens amants. Tournant la tête vers sa fille alors qu'elle se tenait contre l'un des murs du salon, Avery se surprit à sourire de la présence de Margot. Elle adorait sa fille et le fait que celle-ci puisse la sauver de milliers de façons qu'elle ne pourrait jamais lui rendre lui réchauffait le cœur. C'était à se demander laquelle d'elles deux avait le plus besoin de l'autre. Et lorsque la sonnerie de la porte d'entrée retentit, miss Delacour sentit son palpitant se contracter jusqu'à lui comprimer tout l'intérieur. Comme un poids qui venait s'abattre sur son ventre pour la laisser à terre. Prenant son courage à deux mains, elle s'avança jusqu'à la fameuse porte pour venir l'ouvrir et voir le visage de Silas se dessiner dans l'encadrement. « Pile à l'heure, tu m'étonneras toujours... » plaisanta-t-elle malhabilement tout en se poussant pour le laisser entrer. Sans plus attendre, Margot fit une petite course pour venir se jeter dans les bras de leur invité. « Il semblerait que tu aies manqué à quelqu'un... » Elle ne préférait pas plus entrer dans les détails et le laissait volontiers penser qu'elle parlait uniquement de sa fille, n'étant pas prête à assumer à voix haute ce qu'elle pensait tout bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit lutin
avatar

messages : 38
célébrité, © : chris hemsworth. @hepburns
âge : thirty-two.
occupation : ex-soldier, he studies medicine to become a doctor.
côté coeur : lonely heart.


POST-IT
List on the fridge :
RPs :
MessageSujet: Re: #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)   Mar 29 Nov - 23:05

les mains profondément enfoncées dans les poches, tu marchais à une allure régulière dans les rues qui tu avais soigneusement mémorisées. ça devait être la deuxième fois cette semaines que tu te rendais à la résidence d'avery. avery... si on avait mentionné son prénom il y a quelques mois, tu aurais ri, haussant les épaules et chassant les souvenirs du passé. dorénavant, elle semblait si vivace dans ton esprit. il n'y avait que elle, son prénom apparaissant en lettres écarlates dès que tu fermais les yeux. tu pouvais presque toucher du bout du doigt les souvenirs de votre enfance que tu t'étais acharné à enterrer. le vent était froid sur ta peau, agressif, comme un mois de décembre qui s'apprête à venir frapper à la porte. tu ne savais pas ce que tu allais lui dire. tu ne savais même pas à vrai dire ce que ce rendez-vous signifiait vraiment. voulait-elle céder aux caprices de margot, qui semblait te réclamer à la seconde où tu disparaissais, ou, voulait-elle te voir, toi. égoïstement, tu espérais que la deuxième hypothèse soit la bonne. tu ne voulais pas être le seul à espérer la voir.

tu pris une profonde inspiration, droit devant la porte. un léger coup d’œil à ta montre et tu frappas. l'armée t'avait appris à être ponctuel, une des nombreuses qualités que ta mère savait flatter. tu pouvais entendre le claquement des talons d'avery de l'autre côté de la porte. tu esquissas un sourire. c'était fou à quel point ce côté d'elle n'avait pas changé. « pile à l'heure, tu m'étonneras toujours... » tu souris, entrant dans la demeure, l'air chaud te soufflant le visage et t'arrachant un murmure d'aise. tu t'éternisas, juste l'espace d'un instant, ton sourire idiot accroché aux lèvres, avant de déposer un léger baiser, ce ceux qui ne durent qu'une seconde sur la joue d'avery. tu te sentais comme un adolescent à son premier rendez-vous. vous aviez dépassé ce stade depuis des années déjà. « au moins, tu ne t'ennuis pas avec moi. » tu avais lâché, ton souffle soudain coupé par la force de l'étreinte d'une enfant.« il semblerait que tu aies manqué à quelqu'un... » tu te penchas du margot, passant tes mains dans ses cheveux, d'une façon que tu savais la ferait grogner. « et comment va le petit démon ? » tu te retournas vers avery, lissant les plis de ton manteau. « où est-ce que je peux poser mes affaires ? il paraît qu'on doit faire de la pâtisserie non ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit renne
avatar

messages : 100
pseudo : banshees.
célébrité, © : lively; Hepburns.
âge : thirty-two yo.
occupation : is in charge of the bestest parties in town, yeah you heard me right.
côté coeur : still mouning her husband's death and tries to move on for her daughter even if men are trying to mess up with her head.


POST-IT
List on the fridge :
RPs : silas - foster - vince - zach (CLOSED)
MessageSujet: Re: #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)   Mer 30 Nov - 19:07

Avant même qu'elle n'ouvre cette fameuse porte d'entrée, Avery avait sentit tous ses membres se raidir et ses poumons se contracter, comme si un simple geste de tous les jours et inné comme celui de respirer lui était devenu complètement étranger. C'était bête, elle n'allait que revoir un homme qu'elle avait jadis bien connu, probablement mieux qu'elle-même et qu'elle avait même rencontré il y avait moins d'une semaine de cela. Il ne devait rien avoir là de compliqué là-dedans, juste deux adultes et un enfant qui passent du temps ensemble autour de pâtisseries. Mais ça, c'était sans compter le facteur sentiments. Ces fichus sentiments. On aurait pu croire qu'avec les quinze années où le temps avait eu tout le loisir d'effacer les traits de Silas de l'esprit de Avery, cette dernière l'aurait oublié comme on oublie la couleur de sa première robe ou le goût d'un plat exotique qu'on aurait pu tester lors de son premier vrai voyage. Il serait parti aussi vite qu'il était arrivé de sa mémoire, d'abord tout doucement comme on tombe amoureux pour finalement vous assommer sans que vous ne puissiez crier gare. Oui, la logique aurait voulu que la blonde ait laissé Silas là, ici, à Calgary, mais (mal)heureusement pour eux, elle l'avait emmené avec elle au cours de ses nombreux voyages et elle ne s'en rendait compte que maintenant. Une fois que le visage du blond apparut devant elle, Avery se vit lui rendre son sourire, presque par instinct, comme si elle y avait toujours été habituée. Quant à leur façon de se saluer, elle devait avouer qu'ils en avaient fait du chemin depuis ces retrouvailles plutôt froides dans les couloirs de l'hôpital quelques semaines plus tôt. Leurs regards s'étaient croisés, tous deux étaient restés silencieux jusqu'à ce que les yeux de Silas se posent sur Margot, d'une façon plutôt inconfortable. A présent, ils se faisaient même la bise, comme des gens civilisés. Gens civilisés un peu bêtes de jouer ce stupide jeu du premier qui remarquera que l'autre ne fait que ressentir ce que lui-même ressent. Joue contre joue, Avery se surprit à fermer les yeux et inhaler le parfum de monsieur un peu plus longtemps que de coutume, comme si elle avait peur d'en oublier le parfum, tout comme elle avait eu peur d'oublier les détails de son visage au cours de ces années. « C'est sûr que tu sais mettre de l'animation... » Et oui, après tout, si elle ne l'avait pas revu, sa vie n'en aurait pas été aussi chamboulée. Elle qui d'ordinaire tenait sa vie d'une main de fer se sentait complètement perdue et perturbée et elle était persuadée que sa fille l'avait remarqué. Dans son changement de comportement, dans la façon qu'elle avait de sourire bêtement devant Silas ou ce tic qu'elle avait de toujours tenter de replacer l'une de ses mèches blondes derrière son oreille accompagné par ce petit rire qui parlait de lui-même. Et pourtant, elle ne pouvait pas se livrer entièrement parce que quand on a fait souffert la personne qu'on aimait, on ne pouvait espérer qu'elle partage les mêmes sentiments, je me trompe ?

C'est alors que Margot coupa sa mère dans son courant de pensées confuses en fonçant dans les bras de leur invité. La petite semblait avoir adopté Silas à une vitesse fulgurante, à croire qu'elle tenait bien de sa mère quand il s'agissait de mister Carpenter, c'était tout tout de suite, entièrement et sans retenue. « Très bien comme tu peux le voir mais je crois que tu as une surprise pour Silas mon ange, je me trompe ? » Toute gênée, la petite baissa la tête avant de courir au salon récupérer un dessin qu'elle avait fait spécialement pour Silas. Il était censé représenter sa maman, le blond et elle-même vus au travers du filtre des yeux d'un enfant. « Tiens, donne-moi ton manteau pendant que tu admires cette oeuvre d'art ! » répondit miss Delacour en aidant son invité à se débarrasser de sa ouche de vêtements devenue superficielle maintenant qu'il était au cœur de la chaleur du foyer des deux blondes. Cette proximité, bien que rapide, chamboula Avery. Malaise qu'elle camoufla par un petit sourire, aidée de son assistante Margot qui occupa le devant de la scène avec son manteau pendant que maman filait à la cuisine chercher les tabliers de la petite troupe. « Tu m'excuseras, je n'ai que ce tablier à te proposer... » Elle était revenue dans le salon et lui montrait un tablier où l'on pouvait lire mummy of the year que sa nièce lui avait offert lors de son retour en ville. « Mais je suis sûre qu'il t'ira comme un gant ! » Quoi ? Elle avait bien le droit de le taquiner non ? (a) Se mordant la lèvre jusqu'au sang pour ne pas rire, Avery lâcha prise et éclata de rire en voyant la mine de Silas face à son nouvel accoutrement. « Promis, avec les tâches de farine, on pourra presque croire que c'est daddy qui est écrit dessus. » Se rendant compte qu'elle avait sans faire exprès insinué qu'il occupait le poste vacant de père de famille, miss Delacour se tut et fut tirée vers la cuisine par la petite main de son progéniture qui une fois de plus venait de lui sauver la mise. « Sinon, ça va toi ? » lui cria-t-elle depuis la cuisine, l'incitant ainsi à les rejoindre avec Margot qui était déjà affairée à ses tâches culinaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit lutin
avatar

messages : 38
célébrité, © : chris hemsworth. @hepburns
âge : thirty-two.
occupation : ex-soldier, he studies medicine to become a doctor.
côté coeur : lonely heart.


POST-IT
List on the fridge :
RPs :
MessageSujet: Re: #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)   Dim 4 Déc - 13:06

c'était fou à quel point cette situation t’affectait. tu avais été entraîné à l'armée, tu avais passé les tests d'une foulée de psychologues et tu avais confronté ta mère pendant des années. et pourtant, une petite blonde pouvait arriver à te faire perdre tous tes moyens. c'était franchement risible. ces derniers mois, tu avais construit des murs impénétrables autour de ton âme, une sorte de forteresse derrière laquelle tu tentais d'oublier ce que tu avais vécu sur le champ de bataille. tu pensais que cette expérience avait été la meilleure de ta vie, jusqu'à ce que tu rentres et que la routine finisse par te tuer. tu pouvais encore entendre les bombes s'écraser dans tes mauvais jours. parfois même, il y avait les pleurs de tes compagnons et les ordres de tes supérieurs quand tu fermais les yeux. seulement, ça ne sortait jamais de ta tête. un peu comme si tu n'étais pas totalement rentré au pays, avec un pied sur chaque continent. tu pensais devenir fou. toi, qui avait toujours eu tes deux pieds bien ancrés dans le sol. tu avais enchaîné séances chez le psy et thérapies. tu n'es pas de ceux qui perdent espoir, un peu battant, comme ta mère. tu refusais de rester enfermer dans ton pseudo cauchemar. et puis il y avait eu avery. elle avait surgi comme un ange gardien dans ton quotidien, occupant tes journées et tes pensées. elle ne laissait pas de place pour les fantômes du champ de bataille. il n'y avait que son sourire et son regard électrique, les souvenirs de votre enfance. le bruit des bombes avait été remplacé par celui de son rire, mêlé à celui de sa fille. tu avais été étonné au début, étonné de la vie qu'elle avait construite. un peu jaloux peut être également. elle était maman, s'était mariée, avait construit une vie et toi, t'étais toujours au même point que quinze ans plus tôt.

tu te débarrassas de ton manteau, le laissant glisser sur tes épaules avant de le tendre à avery. à genoux devant margot, c'est avec un sourire que tu la regardais te tendre avec fierté son dessin. cette petite était vraiment un cadeau. tu voyais en elle, un peu de toi quand tu n'étais qu'un gosse. il avait fallu que de quelques heures pour que tu t'attaches à elle comme tu t'étais attaché auparavant à sa mère. la petite glissa son dessin entre tes mains. de la plume d'une enfant, il représentait avery, elle-même et toi, comme si tu faisais toi aussi parti de la famille. tu jetas un coup d’œil en coin à la mère, les mâchoires serrées, sans trop savoir comment réagir à ce cadeau. « merci princesse, il ira sur mon frigo ton dessin. » tu te relevas, laissant ton regard traîner sur l'intérieur de la résidence. c'était chaleureux, sans aucun doute décoré par avery. tu esquissas un petit sourire, comparant dans ton esprit les meubles non-assortis de ton grand appartement en centre-ville. « j'aime beaucoup ce que tu as fait de cet endroit, c'est très ... toi. » tu soufflas à l'intention de la blonde dans la cuisine. celle-ci revenait déjà, un tablier entre les mains. tu laissas échapper un rire, passant une main dans tes cheveux, en voyant l'objet en question. mummy of the year. tu ne pensais pas un jour à avoir à porter un tel accoutrement. « tu sais très bien que tout me va, surtout ça, je suis sûr que ça met mon teint en valeur. » tu ris, heureux de voir un sourire sur les lèvres d'avery. tu saisis le tablier, le nouant autour de ta taille, ignorant les rires de margot. tu étais un peu à ce moment le clown de l'événement, avec pour mission de leur faire passer un bon moment. « promis, avec les tâches de farine, on pourra presque croire que c'est daddy qui est écrit dessus. » cette fois, tu relevas ta tête brusquement, pour voir avery s'échapper à la cuisine. tu soupiras, ton regard englobant toute la pièce. au fond de toi, tu savais que ça ne te dérangerait pas de faire parti de sa famille, d'avoir un sentiment d'appartenance et une certaine stabilité. tu ne savais pas vraiment si elle pensait vraiment ce qu'elle venait de dire, si ça lui avait échappé ou si tu devais comprendre une insinuation secrète de derrière ses paroles. elle te laissa muet, sans savoir comment réagir. elle avait cet effet sur toi. « sinon, ça va toi ? » tu la rejoignis dans la cuisine, attrapant le second tablier sur le plan de travail. tu te glissas derrière elle, l'aidant à nouer le sien autour de ses hanches. « la routine depuis que je suis rentré. enfin presque. j'ai jolene qui bouscule un peu tout mon quotidien. mais rien de bien grave. et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: #1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
#1162 such a funny thing for me to try to explain (silas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD GOOD MOMS :: (CALGARY, CANADA) :: Southwest-
Sauter vers: