AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the last client who takes his time (gigi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
boule de neige
avatar

messages : 437
pseudo : hippogriff, clarence.
célébrité, © : jensen ackles.
âge : thirty nine, still feels young.
occupation : children/teen animator, father of hyperactive twins with whom he can't spend much time, and of a eighteen-year-old girl.
côté coeur : the man got no soul. well, that's what they say but reality will, in the end, tell you otherwise. he's been divorced for six months now.


POST-IT
List on the fridge :
RPs : open.
MessageSujet: the last client who takes his time (gigi)   Mar 29 Nov - 23:32


gigi & vivi
the last client who takes his time
Des hurlements. Des râles qui traduisaient l'irritation, l'énervement. Ou plutôt l'agacement face à une situation dont il ne pouvait se dépêtrer. Il ne criait envers personne. Plutôt pour se libérer, lui. Plutôt pour tout laisser exploser le temps d'un instant, sans pour autant s'en prendre à ceux qui l'entouraient. De toute façon, jamais il n'aurait pu laisser la déferlante de colère s'en prendre à sa fille. Ni même à Cami, l'invitée de la maison depuis déjà quelques mois. Vince, il s'énervait tout seul dans son coin alors que les deux jeunes femmes roulaient des yeux avant se partir discrètement, de libérer la pièce emplie de mécontentement. C'était samedi. Et qui disait week-end, disait avoir la garde des enfants. Les deux jumeaux, Eden et Elias qu'il ne pouvait voir que durant vingt quatre heures, tels avaient été les termes. Pourquoi avait-il accepté, pourquoi avait-il courbé l'échine ? Certainement que face à l'avocat que son ex-femme avait employé, lui, il ne pouvait rien faire d'autre que ravaler sa fierté et subir les conditions imposées. Cela faisait près d'une après-midi entière qu'il était ronchon. Il était resté, là, cloîtré entre les murs de la maisonnée. Marmonnait, chuchotait, parfois soupirait pour se calmer. Mais la tranquillité ne durait guère plus d'une poignée de minutes avant que ses dents ne recommencent à grincer. Les sourcils froncés, il était avachi sur son canapé. D'ordinaire, il se serait trouvé une autre occupation. Serait allé au bar, retrouver les deux, trois connaissances qui pour sûr y trônaient comme si là était leur logement temporaire. Mais Vince, il ne voulait pas répandre sa mauvaise humeur dans les lieux les plus animés et divertissants de la métropole. Dix neuf heures, il s'était assoupi. Ça avait plongé la maison dans un calme plat. Bien trop plats. Un mot sur la table. Je suis sortie, en soirée. Cami aussi. Ton téléphone a sonné, plusieurs fois, mais on n'a pas osé te réveiller. Bisous. Il le savait. Elles filaient, en douce, pendant qu'il était endormi afin qu'il ne puisse poser aucune question. Qui, où, quoi, comment, pourquoi, combien de temps ? L'interrogatoire enquiquinant mais dont il ne pouvait se détacher. En tendant le bras, il attrapa son téléphone posé sur la table basse. Trois appels manqués, un message vocal saccadé et trois sms. Une demande, une prière et une excuse. Aller à la pharmacie. Je t'en prie. Excuse moi, je te revaudrais ça, promis. Envoyés il y a une heure et demi. C'était sa collègue animatrice qui lui demandait d'aller chercher les outils nécessaires pour l'activité du lundi matin avec des enfants de primaire. Elle était normalement chargée d'acheter bandages, pansements, désinfectants et tout le bazar nécessaire pour la sortie organisée. Et tout le monde savait que les gamins étaient d'une maladresse ou plutôt d'une insouciance légendaire, alors il était presque obligatoire d'avoir un petit kit de survie pour ne pas se retrouver avec un macchabée sur le dos. Bécane chevauchée, blouson en cuir noir et aucun casque de moto comme le voulait son goût pour le risque et le danger, il fit le tour des quartiers pour trouver une pharmacie d'ouverte. Fermée, fermée, abandonnée, fermée, jamais ouverte et... Et sur le point de fermée. Garée à la va-vite sur le bord d'un trottoir, il s'approcha de l'entrée qui était... fermée. Mais de la lumière, il y en avait à l'intérieur et il pouvait voir une silhouette faire des allers-retours entre les allées principales et l'arrière-boutique. Alors, comme si sa vie en dépendait (plutôt celle des gamins qui se plaindraient d'égratignures et autres bobos bénins), il frappa à la porte vitrée avec cette expression nonchalante et presque menaçante sur les traits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit elfe
avatar

messages : 402
pseudo : Mannie
célébrité, © : Mila Kunis (©Marion - malbestuff)
âge : 33 ans
occupation : Pharmacienne
côté coeur : Divorcée et mère d'un garçon de cinq ans. Elle tombe amoureuse du meilleur ami de son ancien mari.


POST-IT
List on the fridge :
RPs : 0/4 (Haley, Vince, James & Owen.)
MessageSujet: Re: the last client who takes his time (gigi)   Mer 30 Nov - 19:46


Gillian & Vince.
the last client who takes his time
Il était treize heure lorsque Gillian avait commencé à travailler. La belle brune avait eu un avant-midi tout à fait normal pour une maman. Gillian avait été voir le pédiatre avec son fils, Noah, afin de savoir si tout se passait bien pour lui. Le pédiatre lui avait dit qu'il aurait probablement besoin de lunettes, ce qui avait découragé Gillian, puisque ça coûtait extrêmement cher. Gillian n'avait pas d'assurance pour les lunettes, alors elle se demandait combien ça lui coûterait, mais son fils aurait probablement besoin de lunettes, alors elle paierait pour cela. Gillian alla ensuite conduire son fils à l'école et alla au travail. La belle brune avait appelé la baby-sitter de son fils pour qu'elle soit à la maison à quinze heure, afin que son fils ne soit pas seul. Elle devait rester jusqu'à vingt et une heure, l'heure à laquelle Gillian terminait de travailler. Du moins, habituellement. La pharmacie fermait à cette heure. Elle arriva au travail, saluant des collègues. Gillian se mis ensuite au travail, conseillant des personnes qui se posaient des questions. Parfois, certaines personnes étaient un peu trop hypocondriaques. « Madame Williamson, tout va bien aller. Vous devez seulement vous reposer et boire beaucoup d'eau. » Gillian devait être présente pour les clients et répondre à toutes leurs questions, surtout lorsqu'elles étaient sérieuses. Gillian adorait son travail. Cela lui permettait de travailler avec les gens et les aider à les guérir, même s'ils avaient un rhume ou une grippe. La belle brune travaillait très fort pour que les clients soient satisfaits du service qu'elle leur apportait. Les gens disaient qu'elle était une excellente pharmacienne, alors cela l'encourageait à travailler encore plus. La journée de Gillian avança rapidement, si bien qu'elle ne vit pas le temps passer. Quand elle regarda l'horloge, elle vit qu'il était vingt heure quarante-cinq, alors Gillian devait préparer la fermeture. Elle allait de l'arrière boutique jusqu'à dans la boutique, afin de vérifier que tout était bon pour qu'elle puisse fermer et qu'elle aille chez elle, afin de retrouver son fils, même si elle savait qu'il allait dormir. Gillian entendit alors quelqu'un frapper à la porte de la pharmacie. Curieuse, la brune alla voir et vit que c'était Vince. Elle débarra la porte et l'ouvrit, faisant face à son ami. « Qu'est-ce qui se passe Vince? La boutique ferme. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
the last client who takes his time (gigi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD GOOD MOMS :: (CALGARY, CANADA) :: Downtown-
Sauter vers: